Jean Le Coz (1920-1991)

Biographie en trois étapes

De la Bretagne… à la Bretagne

Né à La Forêt-Fouesnant en 1920 d’une mère femme au foyer et d’un père
père travaillant au loin, dans l’armée coloniale, puis , Jean Le Coz apprend le breton avant le français. Il fait ses études primaires à La Forêt-Fouesnant, puis à Charmes, Valogne et Epernay, au gré des affectations de son père, ancien de l’armée coloniale passé dans les Eaux et Forêts. Il entre au Lycée de Caen puis, à celui du Mans où il obtient en 1939, le Baccalauréat de Philosophie et celui de Mathématiques élémentaires.

Tenté par l’armée coloniale, il entre dans la classe préparatoire à Saint-Cyr du lycée du Mans, mais en raison de ses excellents résultats, le proviseur du lycée persuade sa famille de l’envoyer préparer à Paris le concours d’entrée à l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud. C’est au collège Chaptal qu’il prépare le concours de 1940 à 1942. Il est admis à l’Ecole de Saint-Cloud en 1942. Il passe le concours pour le professorat d’Histoire-Géographie en 1944.

Nommé à la rentrée 1944 comme professeur certifié du collège de Fougères, il complète sa formation en obtenant en 1946 le giplôme d’études supérieures de géographie à l’université de Rennes. Après deux années au collège de Fougères (1944–1946), il demande une mutation pour les colonies.

Le Maroc

Nommé au collège des Orangers à Rabat à la rentrée 1946, il y exerce deux ans, puis passe au lycée Gouraud où il enseigne jusqu’en 1955, d’abord comme professeur certifié, puis comme professeur agrégé à partir de 1953. A la rentrée de 1955, il est nommé assistant à l’Institut des hautes études marocaines. Il y devient maître assistant, lorsque l’Institut des hautes études est transformé en Faculté des lettres et sciences humaines.

A l’Institut, il côtoie René Raynal, qui devient son directeur de thèse. Ils sont en fait trois à être ainsi détachés dans l’enseignement supérieur, Fernand Joly ayant été nommés à l’Institut scientifique chérifien. Comme ses deux collègues sont spécialisés en géographie physique, Jean Le Coz prend en charge la géographie économique et humaine et se spécialise plus particulièrement en géographie rurale.

A partir de 1960, il anime la Société de géographie du Maroc, dont les Notes marocaines deviennent, sous son impulsion, la Revue de géographie du Maroc. Parallèlement, il prépare ses deux thèses, la principale, dirigée par Jean Dresch, sur la région du Rharb, et la secondaire, avec Jean Despois, sur les tribus guichs au Maroc. Il les soutient en 1964.

Montpellier

A la rentrée universitaire 1965, Jean Le Coz commence à la Faculté des Lettres de Montpellier, d’abord comme maître de conférences de géographie physique, puis
comme titulaire de la chaire de géographie économique. Il fonde un laboratoire
de géographie rurale, rapidement transformé en équipe associée du CNRS (URA 506, puis UA 906, Dynamique des espaces ruraux) dont les travaux nourrissent le Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, ainsi la revue Espace rural qu’il a fondée.

Reconnu comme un spécialiste du Maghreb, il y effectue de nombreuses missions officielles, d’abord en Algérie, l’université de Montpellier ayant signée des conventions avec les Universités d’Alger, d’Oran et de Constantine, mais aussi au Maroc et en Tunisie. D’autres missions, effectuées dans d’autres parties, confortent son intérêt pour les questions de géographie rurale et d’aménagement.

Parti à la retraite en 1985, il décède six ans plus tard, le 26 février 1991.

Ouvrages sur le Maghreb à la BU des Deux Lions

Jean Le Coz. Les agrumes marocains. Extrait de Notes marocaines, n° 13, 1960.

  • Un tiré-à-part avec une dédicace à Albert André. L’article a été publié dans Notes marocaines, la revue de Société de géographie du Maroc. C’est sous sa conduite qu’elle changera de titre l’année suivante pour devenir la Revue de géographie du Maroc.

Jean Le Coz. Le Rharb fellahs et colons : étude de géographie régionale. [Rabat : Centre universitaire de la recherche scientifique], 1964.

  • Il s’agit de sa thèse. Elle figure parmi les livres du fonds Albert André, qui avait pris soin de lui de lui donner une belle reliure artisanale.
  • Lire le compte rendu enthousiaste de sa thèse par Jean Loup dans Revue de Géographie Alpine, 1965, vol. 53 n° 4, p. 697-698.

Socialisme et localité, le deuxième cycle agraire de la Chine et de l’Algérie. Deuxième partie, L’Algérie, décennie 1980. les étapes de la désocialisation. Montpellier : Laboratoire de géographie rurale de l’Université Paul Valéry, 1991. (Espace rural ; 24).

  • Paru en février 1991, juste après sa mort, ce fascicule 24 d’Espace rural prolonge un autre, publié en 1984 dans la collection : Socialisme et localité Texte imprimé : le deuxième cycle agraire de la Chine et de l’Algérie. 1ère partie. , La Chine : de l’esprit de Dazhai au système de responsabilité. L’ensemble témoigne à la fois de son intérêt constant pour le Maghreb, mais aussi pour la géographie rurale dans le monde, notamment dans les pays en développement. L’exemplaire conservé à la BU des Deux Lions provient de la bibliothèque d’URBAMA. Il s’agit d’un don de son premier directeur, Jean-François Troin.

Aspects de l’agriculture irriguée au Maroc. Montpellier : Laboratoire de géographie rurale de l’Université Paul Valéry, 1991. (Espace rural ; 25).

  • Paru en juin 1991, ce fascicule 25 d’Espace rural est un ouvrage collectif. Il en a cosigné la présentation générale avec Mustapha Ayad. Comme pour l’ouvrage précédent, cette contribution est posthume et l’exemplaire conservé à la BU des Deux Lions provient également de la bibliothèque d’URBAMA.

Publications dans des revues

Les articles et comptes-rendu qu’il a publié dans les revues françaises de géographie témoignent de son intérêt constant pour le Maghreb, et plus particulièrement pour le Maroc, même après son retour en France en 1965. La liste ci-dessous est extraite de Persée.

Annales de géographie

Abdellatif Bencherifa, Herbert Popp, L’Oasis de Figuig, persistance et changement (1991, compte-rendu)

Le Maroc : espace et société. Actes du Colloque maroco-allemand de Passau (1991, compte-rendu)

Marianne Cerf et Daniel Lenoir, Le Développement agricole en France (1989, compte-rendu)

Louis Malassis, Économie agro-alimentaire, III. L’Économie mondiale par Louis Malassis et Martine Padilla (1988, compte-rendu)

F. Lery, L’Agriculture au Maghreb. Techniques agricoles et productions méditerranéennes (1985, compte-rendu)

Vers un Maghreb uni ? Mohsen Toumi, Le Maghreb (1985, compte-rendu)

H. Michel et alii, Technologies et développement au Maghreb (1980, compte-rendu)

Chronique maghrébine (1980, compte-rendu)

Phyio-écologie et aménagement du territoire (1976, compte-rendu)

Pour un équilibre des villes et des campagnes (1976, compte-rendu)

Un bilan de la réforme agraire italienne : Russel King, Land reform : the Italian experience (1975, compte-rendu)

Le troisième âge agraire du Maroc (1968, article)

Économie rurale

Aménagement et espace: Régime capitaliste et organisation de l’espace rural (1977, article)

L’Espace géographique

Intégration ternaire de l’agriculture et aménagement de l’espace rural (1972, article)

Les Cahiers d’Outre-Mer

La riziculture marocaine (1955, article)

Méditerranée

Cote M. : L’Algérie ou l’espace retourné (1989, compte-rendu)

Une tribu au territoire tripartite : les Ayt Seddrate (Sud marocain) (1986, compte-rendu)

Une précieuse carte des «Cultures secondaires au Maroc». Cl. Papy-Bonnenfant – Cultures maraîchères et industrielles, Epices et légumineuse (1979, compte-rendu)

Dynamique de la Révolution agraire algérienne. La phase de la «bataille de la gestion» (1979, article)

Colloque de Géographie Maghrébine — Tunis 5 au 10 octobre 1967 (1968, compte-rendu)

L’opération-labour au Maroc : tracteur et sous-développement (1961, article)

Norois

Un exemple d’attraction de main-d’œuvre maritime et rurale par la ville : l’agglomération lorientaise (1963, note critique)

Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée

Claudine Chaulet, La terre, les frères et l’argent. Stratégie familiale et production agricole en Algérie depuis 1962 (1988, compte-rendu)

Sources

Hommage à Jean Le Coz, mélanges, Bulletin – Société languedocienne de géographie, vol. 25 n° 3-4 , 1991.

Geneviève Duché (éd.). Territoires en mutation : à la mémoire de Jean Le Coz. Montpellier : CIHEAM, 1994. 95 p. (Cahiers Options Méditerranéennes; n. 3).



Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 6 février). Jean Le Coz (1920-1991). Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/trnm

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search