Le Sahara, le Maghreb et le monde arabe dans la Nouvelle géographie universelle par Élisée Reclus

Élisée Reclus, “père” atypique de la géographie en France

Élisée Reclus est l’un des plus célèbres géographes français du XIXe siècle. Personnalité atypique, anarchiste, grand voyageur, amoureux de la nature, il est resté longtemps méconnu. Les géographes contemporains l’ont redécouvert à partir des années 1960-1970, période de foisonnement idéologique et de prise de conscience environnementale. Reclus répond dans ses écrits à ces deux quêtes par ses idéaux anarchistes (L’Anarchie ; L’Évolution, la Révolution et l’Idéal anarchique ; Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes…) et son rapport à la nature (Histoire d’un ruisseau ; Histoire d’une montagne…)

Le GIP-Reclus de Robert Brunet et la maison d’édition homonyme lui sont dédiés.

La Nouvelle géographie universelle, le Maghreb et le monde arabe

La BU des Deux Lions a dans ses collections sa “trilogie géographique“, et notamment les volumes de sa Nouvelle géographie universelle : La Terre et les hommes parus entre 1887 et 1894. Cette somme géographique a été rédigée pendant son exil en Suisse après sa participation active à la Commune de Paris. Cela se retrouve dans le choix de certains de ses collaborateurs : les différents tomes sont illustrés par son ami, le cartographe anarchiste suisse Charles Perron, ou encore par André Slom, également ancien communard.

Chaque tome aborde une zone géographique. Dans la liste ci-dessous, ceux concernant le Maghreb et le monde arabe sont indiqués en gras.

  • NB : Dans la suite de cette chronique, les liens vers les volumes, chapitres, cartes et gravure pointent vers les exemplaires reproduits dans Gallica.

I. L’Europe méridionale (Grèce, Turquie, Roumanie, Serbie, Italie, Espagne et Portugal).

II. La France

III. L’Europe centrale (Suisse, Austro-Hongrie, Allemagne).

IV. L’Europe du Nord-ouest (Belgique, Hollande, Iles Britanniques).

V. L’Europe scandinave et russe.

VI. L’Asie russe.

VII. L’Asie orientale.

VIII. L’Inde et l’Indo-Chine.

IX. L’Asie antérieure. Ce volume correspond à ce que nous nommons aujourd’hui le Proche- et le Moyen-Orient.

X. L’Afrique septentrionale (première partie, bassin du Nil : Soudan égyptien, Éthiopie, Nubie, Égypte ).

XI. L’Afrique septentrionale (deuxième partie : Tripolitaine, Tunisie, Algérie, Maroc, Sahara).

XII. L’Afrique occidentale (archipels atlantiques, Sénégambie et Soudan occidental).

XIII. L’Afrique méridionale ‘Îles de l’Atlantique austral, Gabonie, Congo, Angola, Cap, Zambèze, Zanzibar, Côte de Somal).

XIV. Océan et terres océaniques (Îles de l’Océan Indien, Insulinde, Philippines, Micronésie, Nouvelle-Guinée, Mélanésie, Nouvelle-Calédonie, Australie, Polynésie).

XV. L’Amérique boréale (Groenland, Archipel polaire, Alaska, Puissance du Canada, Terre-Neuve).

XVI. Les États-Unis.

XVII. Indes occidentales (Mexique, Isthmes américains, Antilles).

XVIII. L’Amérique du sud (Les régions andines : Trinidad, Vénézuela, Colombie, Ecuador, Pérou, Bolivie et Chili).

XIX. Amérique du Sud (L’Amazonie et la Plata : Guyanes, Brésil, Paraguay, Uruguay, République argentine).

Tableaux statistiques de tous les états comparés.

Le Sahara dans le tome XI de la Nouvelle géographie universelle

Dans le cadre de la série d’articles consacrés au Sahara dans nos collections, nous voudrions signaler ici le chapitre V du tome XI, soit près d’une centaine de pages (p. 785-882), comportant plusieurs cartes et des gravures.

Chapitre V. – Sahara

I. – Le grand désert ………. 785

II. – Tibesti et Borkou ………. 801

III. – Route de Fezzan au lac Tzadé, oasis de Kawars ………. 816

IV. – Djebel Ahaggar et plateaux environnants, Touareg du Nord ………. 821

V. – Touat ………. 845

VI. – Air et plateau des Aouellimiden ………. 856

VII. – Sahara occidental ………. 867

Cartes

Elles ont pour la plupart été dessinées et gravées par Charles Perron d’après les dessins de plusieurs explorateurs français(le géologue Georges Rolland et les militaires Frédéric Bernard, Louis Joseph Jean François Isidore de Colomb, Hyacinthe Dastugue et Richard de Regnault de Lannoy) ou allemands (Gustav Nachtigal, Heinrich Barth, Oskar Lenz).

A noter que les longitudes sont indiquées à la fois d’après les méridiens de Paris (en haut de la carte) et de Greenwich (au bas de la carte). Ce dernier n’a été adopté comme standard international à la conférence internationale du méridien de Washington qu’en octobre 1884, soit deux ans avant la parution du tome XI.

147 – Le grand Erg oriental. . . . . . . . 794

148 – Itinéraires des principaux explorateurs dans le Sahara oriental. . . .803

149 – Tibesti septentrional. . . 805

150 – Borkou. , 813

151 – Oasis de Kawar 818

152 – Itinéraires des principaux explorateurs entre l’Algérie et le pays des Touareg. 822

153 – Géologie du Sahara, au sud de l’Algérie 824

154 – Vallée d’Issaouan. . . . . . . . 844

155 – Gourara et oued Saoura. . . . . . 850

156 – Touat et Tidikelt. . . . . . 855

157 – Aïr. 863

158 – Itinéraires des principaux explorateurs du Sahara occidental. . . . . 869

159 – Rio de Oro. . . . . 875 (1)

160 – Araouan et Mabrouck. 878

  1. En fait, ce n’est pas une carte, mais un paysage gravé par l’ancien communard André Slom d’après un dessin du lieutenant-hydrographe William Arlett.

Gravures

Deux ont été dessinées par Gaston Vuillier, peintre, artiste dessinateur, voyageur et ethnographe français, qui travailla pour les grandes revues illustrées comme Le Tour du monde et Le Monde illustré, une autre par l’illustrateur russe Ivan Pranishnikoff, la dernière par Henri Thiriat, autre graveur de la presse illustrée. Les modèles ont été pris chez Gustav Nachtigal, Frédéric Bernard et les Neurdein, famille de photographes parisiens.

LXXVII. – Le Sahara. — Vue prise du col de Sfa, au nord-ouest de Biskra. Dessin de
G. Vuillier, d’après une photographie de M. Neurdein. 795

LXXVIll. – Types et costumes. — Groupe de Tibbou. Dessin de Pranishnikoff, d’après
Nachtigal (Sahara und Sudan). 809

LXXIX. — Djebel Khnfousa. Dessin de G. Vuillier, d’après un croquis de M. Fréd. Bernard. 825

LXXX. — Type targui. Dessin de Thiriat, d’après une photographie de M. Neurdein. 857


Publié par

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search