Cartes topographiques et toponymes français dans l’Algérie coloniale

Algérie 1:200 000. N° 12, Orléansville . Tirage d’avril 1942.
Voir la carte dans Cartomundi

Ce qui nous frappe quand nous inventorions des cartes au 1:50 000 ou au 1:200 000 de l’Algérie réalisées au temps de la colonisation par le Service Géographique de l’Armée, puis par l’IGN, c’est le nombre de toponymes empruntés à l’onomastique française.

Ces communes ont changé de nom après l’indépendance. Quatre listes en ligne existent en ligne :

Par ailleurs, l’Atlas de l’Algérie 1830-1960 (ci-dessus) publié en 2011 par la généalogiste Suzette Grange comporte une “liste des communes algériennes actuelles” et une “liste des localités dont le nom de la commune actuelle n’est plus le même”.

De plus, Jean Quemeneur a publié fin 1963 une Liste des communes d’Algérie qui constitue le n° 99 des Cahiers nord-africains (ci-contre), et qui a été reprise en 1976 dans la collection Hommes et migrations. Si nous possédons le premier document, ce n’est pas le cas du second.

Pour aborder les rapports de la toponymie algérienne et la colonisation française, nous vous conseillons de commencer par les deux articles suivants qui comportent de nombreuses références bibliographiques :

Parfois francisés d’après des noms arabes, ces noms de lieux sont surtout empruntés à l’histoire de notre pays, selon la typologie suivante :

Membres de dynasties régnantes

Histoire militaire

Autres origines

Nous vous en donnons ici quelques exemples, liés à des cartes que nous avons dans nos collections. Pour chaque localité sont également indiqués

  • le nom actuel et l’ancien,
  • l’origine,
  • les cartes désignées par ce toponyme présentes à la BU des Deux Lions,
  • les cartes numérisées dans CartoMundi sur lesquelles figurent la localité.

Pour trouver des informations sur les localités représentées sur ces cartes, nous largement sollicité Wikipédia, notamment pour les toponymes actuels. Cependant, il est bon de connaître aussi pour les anciennes dénominations :

Noms francisés d’après des noms arabes

Bône. Nom actuel : Annaba. Nom antérieur : Bouna.

L’une des plus anciennes cités de l’Algérie, fondée en 1295 av. J.-C. , la ville a porté successivement les noms d’Ubon, Hippo Regius, Hippone, Bouna, Bled El Aneb, Bône et enfin Annaba.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 17 B2 C30, Bône1941
1:200 000. N° 3, Bône1958
1:200 000. N° R-S-1-2, Bône1962
1:200 000. N° NI-32-XIII, Annaba1983

Bougie. Nom actuel : Béjaïa.

Dans les langues romanes médiévales, Bugaya (en espagnol Bujía, en italien Bugía et en français Bougie) est le nom donné à la ville qui fournissait une grande quantité de cire pour la fabrication des chandelles...

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 26 B3 C22, Bougie1925, 1959
1:200 000. N° 7, Bougie1955
1:200 000. N° N-O-1-2, Bougie1962

Noms de membres de dynasties françaises

Les Orléans

Aumale. Nom actuel : Sour El-Ghozlane (« Le rempart des gazelles »).

Poste militaire à partir de 1845. Nommé en l’honneur d‘Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897), fils de Louis-Philippe, qui, comme gouverneur général de l’Algérie, participe à ce titre à la reddition d’Abd el-Kader en décembre 1847.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 112 B7 C18, Aumale1931, 1936
1:200 000. N° 14, Médéa1958
1:200 000. N° L-M-3-4, Aumale1962

Nemours. Nom actuel : Ghazaouet.

La ville de Nemours est créée par ordonnance royale du 24 décembre 1846, au lieu dit Djemaâ Ghazaouat. Le poste de Djemaâ Ghazaouat avait été établi en 1844 et des colons s’était installé près de lui. Nommé en hommage à Louis d’Orléans, duc de Nemours (1814-1896), deuxième fils de du roi Louis-Philippe.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 238 B12 C3, Nemours1988, 1902, 1931, 1942, 1945
1:200 000. N° 30, Nemours19251895 et 1955
1:200 000. N° D-E-5-6, Nemours1960

Orléansville. Nom actuel : Chlef. Ancien nom : El Esnam.

Baptisée Orléansville à partir du 16 mai 1843 en mémoire de Ferdinand-Philippe, duc d’Orléans, (1810-1842), fils aîné du roi Louis Philippe décédé dans un accident de calèche. Il avait participé à plusieurs campagne en Algérie.

AlgérieDeux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 106 B7 C12, Orléansville1933, 1934
1:200 000. N° 12, Orléansville1909, 19461942
1:200 000. N° H-I-3-4, El Asnam (Orléansville) 1963, 1965

Philippeville. Nom actuel : Skikda.

D’abord rebaptisée en 1838 Fort de France du nom du navire qui permit le débarquement des Français dans la baie, la ville devient Philippeville en hommage au roi Louis-Philippe dont le règne commence précisément au moment du début de la conquête.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 14 B14 C7 , Philippeville1939
1:200 000. N° 8, Philippeville 1949

Les Bonaparte

Fort Napoléon puis Fort-National. Nom actuel : Larbaâ N’Aṭ Iraten. Nom antérieur : Ichariwen.

Né en 1858 par décret impérial, Fort-Napoléon, du nom de l’empereur Napoléon III est rebaptisé Fort National à la chute du Second Empire.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 45 B4 C20 , Fort national1913, 1935, 1938
1:200 000. N° 6, Fort national1892, 1946

Histoire militaire

Batailles du Second Empire

Inkermann. Nom actuel : Oued Rhiou.

Centre de population créé par décret du 28 janvier 1870. Baptisé du nom de la bataille d’Inkerman (5 novembre 1854) remportée par la coalition franco-britannique contre l’armée russe lors de la guerre de Crimée.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 130 B8 C10, Inkermann1926, 1933

Palestro. Nom actuel : Lakhdaria.

Village colonial créé le 18 novembre 1869 par un décret de Napoléon III et nommé Palestro, en mémoire de la bataille de Palestro (31 mai 1859) lors de la seconde guerre d’indépendance italienne qui voit s’affronter la coalition franco-sarde et l’empire d’Autriche.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 43 B4 C18, Palestro1925, 1940

Généraux et batailles de la Révolution française

Carnot. Nom actuel : El Abadia.

Village créé en 1881, au lieu-dit Mahbil, situé sur la rive droite du Chélif, pour accueillir des familles venues de France. S’y dressait une statue du général de la Révolution Lazare Carnot (1753-1823) rapatriée à Obernai lors de l’indépendance de l’Algérie.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 83 E6 C13, Carnot 1932, 1941

Marceau. Nom actuel : Menaceur. Nom antérieur : El Gourine

Le territoire de la tribu des Beni Menasser est délimité par décret du 29 juin 1870 et constitué en deux douars : El Gourine et Sidi Simiane, rattachés à la commune mixte de Gouraya (future Cherchell) par arrêté du 31 janvier 1878. Le centre de population d’El Gourine, du programme de colonisation de 1878, prend le nom de Marceau, d’après le nom du général de la Révolution François Séverin Marceau-Desgraviers (1769-1796). Il est loti à la fin de 1881. La commune d’El Gourine est créée par arrêté du 4 décembre 1956 dans le département d’Orléansville. Elle est renommée Marceau par arrêté du 15 juillet 1960.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 61 B5 C14, Marceau1931, 1934, 1959

Marengo. Nom actuel : Hadjout.

Colonie agricole créée en vertu du décret du 19 septembre 1848, érigée en commune de plein exercice par décret du 31 décembre 1856. D’après la bataille de Marengo remportée par le général Bonaparte le 14 juin 1800.

Militaires de la conquête et de la colonisation de l’Algérie

Bosquet. Nom actuel : Hadjadj.

Né le 9 mars 1874, par décision du 6 juillet 1873 au lieu-dit Blad-El-Hadjadj à cause de la proximité de la source Aïn el-Hadjadj (la source des pèlerins) et nommé du nom du maréchal Pierre Bosquet (1810-1861), qui combattit non seulement en Algérie, mais aussi en Crimée, notamment à Inkermann.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 103 B7 C9 , Bosquet1883, 1931
1:200 000. N° 11 , Bosquet19281959

Bugeaud. Nom actuel : Seraïdi.

Créé par ordonnance du 3 juin 1847, signée par le roi Louis-Philippe sur le massif de l’Edough au lieu-dit Aïn-Barouaga. Le nom de la commune est en référence au maréchal Thomas Robert Bugeau (1784-1849), gouverneur militaire de l’Algérie au début de la colonisation française.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 16 B2 C291931

Charon. Nom actuel : Boukadir.

Centre de population de la commune mixte de Malakoff, créé par arrêté du 14 août 1872 sur le tracé du chemin de fer d’Alger à Oran, sous le nom d’Oued Bou Kader. Il est érigé en commune de plein exercice par décret du 13 novembre 1885. Rebaptisé en 1896 du nom du général Viala Charon (1794-1880), Gouverneur Général de l’Algérie entre (1848/1850).

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 105 B7 C11, Charon1934

Géryville. Nom actuel : El Bayadh.

Relais créé en novembre 1852 par l’armée française entre Mascara et Laghouat qu’elle assiège. Le poste est bâti sur le lieu-dit « El-Béïod », point d’eau avec quelques ruines de ce qui fut un ksar, atteint que le colonel Géry en 1845. nommée Géryville en 1861.

Deux LionsCartoMundi
1:200 000. N° 66, Géryville1930, 19421942

Herbillon. Nom actuel : Chetaïbi. Nom antérieur : Tekouch.

Renommé à la fin du XIXe siècle du nom du général Émile Herbillon (1794-1866)

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 4 B1 C29, Herbillon1928
1:200 000. N° 2, Herbillon1959

Lamoricière. Nom actuel : Ouled Mimoun.

Nommé ainsi en 1869, en l’honneur du Louis Juchault de Lamoricièrere (1806-1875).

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 271 B13 C5, Lamoricère1929, 1959

Laperrine. Nom actuel : Djebahia. Nom antérieur : Ben Haroun.

Le centre de population de Ben Haroun, loti à partir de 1876, prend le nom de Laperrine par décret du 11 octobre 1920, du général, explorateur et fondateur des Méharistes François-Henry Laperrine (1860-1920).

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 65 B5 C18, Laperrine1929, 1940

Port Gueydon. Nom actuel : Azeffoun.

Centre de colonisation d’Azeffoun est décidé en 1880 et peuplé en 1881. Nommé en 1885 en l’honneur de l’amiral Louis Henri, comte de Gueydon (1809-1886), premier gouverneur général de l’Algérie sous la IIIe République.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 9 12, Port Gueydon Azarga1913
1:50 000. N° 9 B2 C20, Port Gueydon 1935

Renault. Nom actuel : Sidi M’Hamed Ben Ali.

Dénommé Renault en juillet 1874, dès sa création, du nom du général Pierre Hippolyte Publius Renault (1807-1870)

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 104 B7 C10, Renault1930, 1934

Saint-Arnaud. Nom actuel : El Eulma.

Du nom du général Armand Jacques Achille Leroy de Saint-Arnaud (1798-1854).

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 94 B6 C24, St Arnaud1927, 1952

Autres origines

Autres personnalités

Debrousseville.

Village créé vers 1880 à l’intérieur du domaine de l’Habra et de la Macta appartenant à la la Compagnie franco-algérienne. Son nom vient de François-Hubert Débrousse (1817-1878), décécé peu auparavant : il faisait partie du conseil d’administration de cette compagnie et son le fils, Jean-Hubert Debrousse (1844-1899), lui aussi membre de ce conseil, était un homme d’affaires et un homme politique influent à l’époque.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 115 B9 C8, Debrousseville1931

Gambetta. Nom actuel : Taoura.

Centre de population créé et peuplé en 1905, du nom de Léon Gambetta (1838-1882), homme politique français particulièrement important au début de la IIIe République.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 101 B6 C31, Gambetta1930

Gounod. Nom actuel : Aïn Larbi.

Le centre de population d’El Guelaâ, de la commune mixte d’Oued Cherf, est nommé Gounod par décision du gouverneur général du 19 novembre 1893 du nom du musicien Charles Gounod (1818-1893) décédé le 18 octobre précédent.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 76 B5 C29, Gounod1929

Lavigerie. Quartier de Maison-Carrée, actuellement Mohammadia dans la wilaya d’Alger.

Du nom de Charles Lavigerie (1825-1892), archevêque d’Alger ayant joué un rôle important dans le ralliement des catholiques français à la République.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 85 B6 C15, Lavigerie 1932, 1942, 1949

Warnier. Nom actuel : Ouled Fares. Nom antérieur : Cinq-Palmiers

Le centre de population de Cinq-Palmiers, créé par arrêté gouvernemental du 10 novembre 1877, prend le nom de Warnier par décret du 5 avril 1879, du nom dAuguste Warnier (1810-1815), préfet puis député d’Alger.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 81 B6 C11, Warnier1934

Noms inspirés de toponymes de localités françaises

Châteaudun du Rhumel. Nom actuel : Chelghoum Laïd.

Centre de peuplement créé sur les territoires de la tribus Chaoui des Ouled Abd-en-Nour, à l’emplacement d’un puits, grâce à un relais de diligence appelé Relais Seigle, du nom de son gérant. L’oued Rhummel le traverse. La commune-mixte créée le 7 novembre 1874 par un arrêté du gouverneur général Antoine Chanzy. Le nom de Châteaudun aurait été donné par Jules Rimbert, colon d’Oued Dekri, originaire de Châteaudun en Eure et-Loir.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 94 B6 C24, Châteaudun du Rhumel1927

Saint-Denis-du-Sig. Nom actuel : Sig.

Centre de population créé par arrêté du 20 juin 1845 où il est stipulé qu’il prendra le nom de Saint-Denis-du-Sig sans expliquer l’origine de ce choix. Sans doute cette dénomination est-elle empruntée à la basilique royale de Saint-Denis.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 182 B10 C7, St Denis-du-Sig 1924, 1931

Saint-Cloud. Nom actuel : Gdyel.

Le village centre est une des 39 colonies agricoles constituées en vertu du décret de l’Assemblée nationale française du 19 septembre 1848.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 154 B9 C7, St Cloud 1931, 1936, 1941

Saint-Donat. Nom actuel : Tadjenanet.

Créé en 1872 sur le territoire de la commune d’Oued Athmania au bord de l’oued Tadjenanet : partie du centre de Merdj El Harris et de trois douars de la commune mixte de Châteaudun-du-Rhumel.

Deux LionsCartoMundi
1:50 000. N° 119 B7 C25, St Donat1928


Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 9 mars). Cartes topographiques et toponymes français dans l’Algérie coloniale. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tro1

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search