Historique des explorations du Sahara occidental, extrait d’un mémoire du capitaine Augiéras

Il nous a semblé utile de reproduire ici cet extrait du mémoire intitulé Le Sahara occidental publié par le capitaine Augiéras en 1919. Il insiste surtout sur les explorations des compagnies de méharistes, dont le rôle est certes essentiel, mais non pas exclusif dans l’exploration du Sahara.

Voir aussi l’Historique des Compagnies Sahariennes (1902-1952) publié en 1955 sous la direction de Jacques Soustelle, alors gouverneur général d’Algérie.

Dernière mise à jour : 29 septembre 2023.

_________________________________________

Historique des explorationS

Jusqu’au début du xxe siècle le Sahara occidental était complètement inconnu, ou à peu près. C’était un des derniers grands blancs de la carte du monde. Trois explorateurs seulement y avaient pénétré. Ce sont :

1° Le Français René Caillié qui, en 1828, accompagna une caravane de Tombouctou au Maroc. Pour ne pas être mis à mort par ses compagnons de route, il se faisait passer pour musulman, et pouvait à peine écrire quelques notes à la dérobée. Il passa probablement aux points d’eau de Toufourin, Maraboutia et Guédihat.

2° L’Anglais Davidson qui partit du Maroc en 1830, franchit les dunes de l’Iguidiet disparut…. Il fut probablement assassiné au sud de Chehachan.

3° L’Autrichien Oskar Lenz. Parti du Maroc en 1880, il passa par Tindouf et rejoignit, après l’Iguidi, l’itinéraire de René Caillié. Il suivit ensuite, mais en sens inverse, la même piste de caravanes. Cet explorateur ne s’occupa malheureusement pas d’établir une carte1.

Et ce fut tout jusqu’à l’occupation des oasis par les Français, en 1900. A cette date nos connaissances géographiques se réduisaient donc à ceci : immense désert inhabitable entre le Maroc et le Niger, avec deux bandes de hautes dunes, l’erg Iguidi et l’erg Chech.

La création des compagnies sahariennes, formées de pelotons méharistes, permit d’étendre progressivement le champ île nos connaissances, puis d’entreprendre des tournées à grand rayon d’action dont les résultats furent importants. Voici la liste des principales :

Le capitaine Flye-Sainte-Marie (1904) marche hardiment vers l’est, explore le Menakeb, traverse l’Iguidi et s’avance vers l’est jusqu’à Aouinet-Legra. Il revient par Chenachan. C’est un voyage remarquable, un peu risqué d’ailleurs àcertains points de vue et dont les résultats géographiques sont exceptionnels, grâce au lieutenant Nieger.

Le lieutenant-colonel Laperrine (1906) revient directement de ïaoudeni sur Adrar, à travers Verg Ghech, et s’en tire à force d’énergie.

Le capitaine Cancel (1909) explore le nord de l’Iguidi, s’y heurte à une hande de 250 Berabers qui reviennent du Soudan et se dégage après un rude combat qui coûte la vie au lieutenant Lapeyre.

Le lieutenant Bretzner (1911) prolonge vers le sud-ouest les découvertes de la précédente reconnaissance et visite l’Ouahila.

Le capitaine Charlet (1912) part de la région de Taoudeni à la poursuite d’un rezzou qu’il atteint à Bir-Zmila, après avoir traversé Yerg Ghech.

Le capitaine Martin (1913) part de Tabelbala, marche nord-sud jusqu’à Chenachan. En 1914 il atteint Tinjoub, puis, vers le sud, s’avance dans la hammada El-Barka. où il est exposé à mourir de soif.

Le capitaine Mougin (1914) fait une exploration importante. Du Menakeb il se rend à Oum-el-Asel, puis coupe le grand plateau central par El-Kseib. Il s’avance ensuite jusqu’en vue de Tindouf, se porte de nouveau au sud-est jusqu’à Taoudeni et revient au Menakeb après une absence de quatre mois. Lever complet de l’itinéraire par le lieutenant Nicloux.

Le capitaine Girod (1914), venant de la région de Taoudeni, remonte le cours de l’oued Chenachan jusqu’au point d’eau de ce nom.

Le capitaine Augiéras (1913-1915) parcourt de nombreux itinéraires depuis Tabelbala jusqu’à la région de Taoudeni, traverse deux fois l’erg Ghech, puis le plateau central et poursuivi un rezzou, qui est atteint dans l’Iguidi. En 1916, il essaye vainement de pénétrer dans le Tanezrouft. Les reconnaissances sont donc relativement nombreuses.

Malheureusement, faites dans un but militaire, la plupart ont un peu négligé la partie géographique. La nécessité d’une carte se faisait vivement sentir. J’ai entrepris ce travail en 1913 et y ai consacré, pendant quatre années, tous mes efforts dans la limite compatible avec mes obligations militaires.

  1. La carte jointe a sa relation de voyage est très sommaire et à peu près inutilisable.


Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 16 mars). Historique des explorations du Sahara occidental, extrait d’un mémoire du capitaine Augiéras. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tro4

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search