Aden, deux parcours interrompus

Nous voudrions vous présenter ici deux textes à vocation géographique qui ont en commun d’avoir un lien avec Aden, une ville plus connue des Français par l’histoire littéraire(1). Autre point commun : être l’écho d’un assassinat.

Aden, un parcours interrompu

Éric Mercier (1963-1996) était un jeune géographe et ingénieur des mines. Depuis son séjour comme coopérant à Djibouti en 1986, il s’était passionné pour la Corne de l’Afrique. Allocataire de recherches au Centre français d’études yéménites (CFEY) à partir d’octobre 1995, il y effectuait une recherche sur le développement urbain d’Aden dans le cadre d’une thèse de doctorat dirigée par Jean-François Troin du laboratoire URBAMA. Intéressé par les villes de formation coloniale comme Aden et Djibouti, ainsi que par la rencontre de l’Abyssinie est du monde arabe, caractéristique de cette région, il se rend à Diré-Dawa, en Éthiopie pour y entamer une recherche en histoire urbaine. Il meurt assassiné peu de jours après son arrivée, le 16 octobre 1996.

Aden, un parcours interrompu est l’esquisse du livre qu’il se proposait d’écrire, le premier ouvrage scientifique écrit en français sur cette ville. Franck Mermier (CFEY) et Jean-François Troin (URBAMA) y ont réuni les travaux du chercheur et des textes en cours d’élaboration. L’ouvrage a été publié dans la collection Villes du Monde Arabe dont il constitue le troisième et avant-dernier volume. La BU des Deux Lions en possède deux exemplaires hérités de la bibliothèque d’URBAMA.

Voyages de M. Henri Lambert, agent consulaire de France à Aden

Lire l’article sur les sites suivants :
Gallica | Wikisource

Presque un siècle et demi auparavant, un autre ressortissant français, Henri Lambert (1828-1959), agent consulaire de France à Aden, était assassiné le 4 juin 1859, près des îles Moussah, dans le golfe de Tadjoura (voir carte ci-dessous). Il n’y a évidemment aucun lien entre les deux crimes, si ce n’est Aden et le fait que, comme pour Éric Mercier, un document de nos collections se fait l’écho de la mort tragique d’Henri Lambert.

Il s’agit d’un article de Louis Simonin (1830-1886) paru en 1862, dans Le Tour du monde : nouveau journal des voyages. En fait, la plus grande partie de l’article reproduit le journal d’Henri Lambert. Il y relate ses voyages et sa vie de septembre 1855 à au jour même de sa mort. En voici les dernières lignes :

Le 3 juin je mets de nouveau à la voile, me dirigeant vers Tadjoura. Le temps est très-beau, et le 4 nous arrivons dans l’après-midi en vue des îles Moussah. Le patron prétextant de la difficulté qu’il aurait à atterrir de nuit à Tadjoura, mouille sa barque dans le canal qui sépare les deux îles. Si Abdul Ahy avait continué le voyage, nous serions arrivés à dix heures du soir à Tadjoura ; mais il refuse de marcher, et j’ai à ce sujet une vive altercation avec lui…

Ce qu’ignorait Henri Lambert, c’est que, quelques jours auparavant, Abdul Ahy avait reçu l’ordre de l’assassiner. Ordre de qui ? Pourquoi ? Nous vous laissons le découvrir dans le récit du crime qui compose la seconde partie de l’article et que vous pourrez lire, soit en ligne, soit dans notre exemplaire du volume VI du Tour du monde ou dans tout autre exemplaire conservé dans une bibliothèque de l’Enseignement supérieur.

Voir la carte sur les sites suivants :
Gallica | Wikisource

L’affaire eut d’abord des suites judiciaires, bien que limitées. Une mission navale française vient de la Réunion pour enquêter en 1860. Si l’assassin lui-même est laissé libre, car il n’était qu’un exécutant, elle arrête le principal (?) commanditaire du crime qui meurt dès 1861. Cependant, le pacha turc qui avait donné son aval au crime et freine l’enquête, tout comme l’Assistant Political Resident à Aden qui pourrait ne pas y avoir été tout à fait étranger, ne seront pas inquiétés…

Ensuite et surtout, les conséquences diplomatiques et géopolitiques de cet assassinat dépassent largement le destin individuel d’Henri Lambert. En 1862, une ambassade de notables locaux se rend à Paris et cède à la France le Territoire d’Obock, depuis le Ras Bir à Douméra. C’est à partir de ce gain territorial que la Côte française des Somalis sera créée en 1896. Ainsi la vie et la mort d’Henri Lambert se trouve-t-elle directement aux origines de l’implantation française en Mer Rouge(2).

________________________________________________________

  1. Notamment avec le séjour d’Arthur Rimbaud dans les années 1880 et le récit autobiographique du jeune Paul Nizan publié en 1931, Aden Arabie. En outre, Pierre Benoît publia en 1940 Les environs d’Aden et Henry de Monfreid évoque plusieurs fois la ville dans ses récits.
  1. Roger Joint Daguenet. Aux origines de l’implantation française en Mer Rouge : vie et mort d’Henri Lambert, Consul de France à Aden ,1859. Paris : Éditions L’Harmattan, 1992


Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 22 mars). Aden, deux parcours interrompus. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tro5

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search