Quand le Sahara semblait un nouvel eldorado

Nous souhaitons vous présenter ici deux livres sur le Sahara parus au tournant des années 1950 et 1960. Tous deux, de manière très différente, font apparaître le Grand Désert comme une terre d’avenir, un eldorado bien éloigné de l’étendue de la terre calcinée, radicalement hostile à l’homme. Il est vrai qu’à l’époque certains responsables plaidaient pour un Sahara moderne.

Une thèse universitaire sur le Sahara français

Marc-Robert Thomas. Sahara et communauté. Paris, PUF, 1960
Lire le début dans Gallica | Localisation SUDOC

Ouvrage écrit par Marc-Robert Thomas , Sahara et Communauté est une version remaniée de la thèse de l’auteur, L’Afrique saharienne française, soutenue en décembre 1858 à Aix-en-Provence. Le capitaine Thomas est lui-même fils d’un Saharien auquel il dédie son livre en souvenir de la pacification.

C’est dire que le sujet lui importe, comme il importe à Jacques Soustelle (1912-1990). Quand cet ancien gouverneur général de l’Algérie (février 1955-janvier 1956) signe l’avant-propos de l’ouvrage, le 15 janvier 1960, il est encore pour trois semaines Ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé du Sahara, des DOM-TOM et de l’Énergie atomique, poste dont il est démis dès le 5 février en raison de ses prises de position pour l’Algérie française.

Ces considérations de politique intérieure ne transparaissent pas dans la forme toute universitaire de l’ouvrage [de Marc-Robert Thomas], systématique, organisé, [qui] étudie successivement le statut de droit international public du Sahara, l’économie saharienne, enfin l’organisation politique, administrative et militaire du territoire(1). Le livre comporte en outre une abondante bibliographie et d’annexes relatives au litige frontalier franco-marocain et à l’Organisation commune des régions sahariennes (O.C.R.S.) créée par la France au Sahara de 1957, sous l’égide de laquelle l’IGN a entrepris à la fin des années 1950 la réalisation de la carte au 1:200.000 du Sahara.

Certains développements sur l’ énergie solaire (p. 162-165) surprennent par leurs résonances actuelles, même si leurs propos visionnaires ont depuis été déçus (voir extrait ci-dessous p. 166) :

Le Sahara, avec ses immensités désolées et ses sables calcinés, nous offre un potentiel énergétique considérable. L’homme du XXe siècle commence à peine à s’en apercevoir. Mais la prise de conscience est déjà une victoire. D’ici 20 à 25 ans, estime M. Louis Armand, il aura définitivement triomphé ; et alors “si les régions actuellement privées d’eau ont accès à l’énergie solaire, elles pourront passer du plus grand dénuement à la postérité”. (1) J.O.R.F., Conseil de la République, 20 juillet 1956, p. 489.

Voyage au pays de l’or noir français

Au mois d’août 1956, à 90 kilomètre au sud de Ouargala, un heureux coup de forage faisait découvrir à 3.400 mètres la nappe de pétrole de Hassi-Messaoud. Du même coup, la physionomie du Sahara allait changer.

  • Extrait de la quatrième de couverture de Ce Sahara qui voit le jour.

Ce Sahara qui voit le jour du romancier et journaliste Paul Mousset (1907-1981) n’a pas le même caractère systématique et ordonné que la thèse du capitaine Thomas . Illustré de plusieurs photographies réalisées par l’auteur, il se présente comme un récit de voyage et ne comporte pas de bibliographie.

Si le démographe Louis Henry (1911-1991) reconnaît à Mousset une documentation étendue, dans l’ensemble très satisfaisante, apportant des informations sur le passé du Sahara et ses problèmes économiques (l’action le géologue Conrad Kilian (1898-1950) ; l’exploitation du pétrole), pour lui, l’ouvrage est, surtout, très attachant, par l’exposé de choses vues et vécues, les choses humaines, bien absentes du livre de Marc-Robert Thomas.

L’idée sous-jacente du livre est que le Sahara pourrait devenir la « frontière » de l’Europe, de même qu’existait au XIXe siècle la « Frontière » américaine(2). Une terre riche de promesse pour des aventuriers de divers horizons (anciens de la Légion, transporteurs, Touaregs sédentarisés…). Nous vous proposons l’extrait ci-dessous (p. 258) pour vous donner une idée de la forme et du fond de l’ouvrage : un ton primesautier apportant néanmoins des informations solides.

La S. N. Repal à laquelle je m’adressai, m’apprît avoir, première étape, constitué avec la C.F.P.A. , une Filiale : la S.O.P.EG.* spécialement chargée de réaliser l’oléoduc qui évacuerait le pétrole brut d’Hassi Messaoud.
– L’oléo quoi ? demandai-je
– L’oléoduc… Comme on dit : aqueduc pour l’eau. Il fallait un mot français pour traduire l’américain : pipeline.
On me pardonnera, une fois n’est pas coutume, de préférer au néologisme français le terme américain, même sous sa forme “pipe”, la plus normalement utilisée et que les gens du métier prononcent comme ils l’écrivent.
(*) S.O.P.E.G. : Société Pétrolière de Gérance

Une longue campagne d’opinion pour un Sahara français moderne

Ces deux ouvrages reflètent l’état d’esprit d’une partie de l’opinion française, ou tout au moins de militaires, de hauts fonctionnaires et d’entrepreneurs regroupés au sein d’un Comité du Sahara français. Les articles ci-dessous, publiés entre 1951 et 1961, sont tout à la fois le reflet et l’instrument d’une vaste de campagne visant à faire du Sahara une sphère d’influence française spécifique, alors même que les pays qui l’entourent gagnent leur indépendance. La perte de l’Algérie sonne le glas de ces aspirations et se traduit notamment par la disparition de l’Organisation commune des régions sahariennes (OCRS) liquidée par le décret du 26 mai 1963 après seulement six ans d’existence…

Pierre Simiot. “Il faut « nationaliser » le Sahara”, Hommes et mondes, n° 60, juillet 1951, p. 161-164

Pierre Simiot, Général Catroux, Gustave L.-S. Mercier, C. Maître-Devallon, André Reymond. “Il faut « nationaliser » le Sahara”, Hommes et mondes, n° 61, août 1951, p. 436-453.

André Blanchet. “Un comité va créer un mouvement pour la ” nationalisation ” des territoires sahariens”, Le Monde, 26 octobre 1951.

Émile Bélime. “Pour le Sahara français”, Hommes et mondes, n° 65, décembre 1951, p. 361-368.

Louis Armand. “Vers un Sahara moderne”, Hommes et mondes, n° 99 octobre 1954, p. 321-333.

Georges Guide. “Le Sahara français”, Hommes et mondes, n° 117, avril 1956, p. 53-61.

André Blanchet. “Une ” organisation commune des régions sahariennes ” a été approuvée par le gouvernement”, Le Monde, 2 août 1956.

Pierre Simiot. “Le Sahara devant le Parlement”, Revue des Deux Monde, 1er janvier 1957, p. 163-169. > La création de l’OCRS.

J.M. de Lattre. “Sahara, clé de voûte de l’ensemble eurafricain français”, Politique étrangère, vol. 22 n° 4, 1957, p. 345-389.

Yvan du Jonchay. “L’infrastructure de départ du Sahara et de l’Organisation Commune des Régions Sahariennes (O.C.R.S.)”, Revue de géographie de Lyon, vol. 32 n° 4, 1957, p. 277-292.

André Blanchet. “Une ” organisation commune des régions sahariennes ” a été approuvée par le gouvernement”, Le Monde, 2 août 1958.

André Pigeot. “Le Sahara sans passion”, Revue des Deux Mondes, 1er octobre 1961, p. 389-396.

Philippe Decraene. “Afrique noire : les dirigeants des divers États n’ont pas adopté la même attitude vis-à-vis de l’O.C.R.S.”, Le Monde diplomatique, mars 1961, p. 10-11.

Pour aller plus loin

Pierre Boilley. “L’Oraganisation commune des régions sahariennes (OCRS) : une tentative avortée”, in Nomages et commandants : administration et sociétés nomades dans l’ancienne A.O.F., Karthala, 1993, p. 215-239.

Jad Kabbanji. “Le Sahara et ses hydrocarbures, pivot des relations franco-algériennes : 1954 – 1971”, L’Ouest saharien, vol. 9 n° 1, 2019, p.155-173.

_____________________________________

  1. Louis Henry. “Thomas Marc-Robert – Sahara et Communauté [compte-rendu], Population, vol. 16 n° 1, 1961, p. 149-150.
  1. Louis Henry. “Mousset Paul – Ce Sahara qui voit le jour” [compte-rendu], Population, vol. 16 n° 1, 1961, p. 149-150.


Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 29 septembre). Quand le Sahara semblait un nouvel eldorado. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/trot

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search