Plan d’Alger et de ses environs par le capitaine Boutin

Parmi les documents cartographiques hérités d’URBAMA, le plus ancien est un Plan d’Alger et de ses environs d’après le croquis fait sur les lieux par le Capitaine du Génie Boutin en 1808 qui a été imprimé au moment de la conquête de l’Algérie ainsi que l’indique la mention “Dépôt général de la Guerre 1830.” Il fait normalement partie de l’Atlas de l’Aperçu historique, statistique et topographique sur l’état d’Alger destiné au corps expéditionnaire envoyé en Algérie en juin 1830. Le croquis initial a été réalisé par Vincent-Yves Boutin (1772-1815), officier du Génie, lors d’une mission accomplie à Alger entre avril et juillet 1808, car Napoléon envisageait alors une expédition. Avant de vous présenter le document proprement dit et les diverses variantes qu’il a pu connaître, nous ne résistons pas à la tentation d’évoquer brièvement la vie trépidante de son auteur…

Le capitaine Boutin, l’espion de l’empereur

Originaire du Loroux-Bottereau près de Nantes, Vincent-Yves Boutin (1772-1815) est issu d’une famille d’artisans acquises aux idées révolutionnaires. Élève de l’École du Génie à Metz, il voit sa scolarité interrompue par la guerre, en septembre 1794. Sa carrière se fera au sein de la Grande Armée, où il ne tarde pas à être reconnu pour ses compétences et son courage.

Son premier contact avec le monde musulman a lieu en 1806. Désigné pour servir le nouvel ambassadeur à Constantinople, le général Sébastiani, il est chargé par ce dernier d’établir les défenses du Sérail contre la flotte britannique. Il s’acquitte parfaitement de sa mission et la flotte anglaise doit battre en retraite.

Napoléon nourrit depuis longtemps le projet d’une intervention en Afrique du Nord pour mettre un terme à la piraterie des navires d’Alger et contrecarrer la politique commerciale et l’influence de l’Angleterre. L’Empire ayant mis fin à la guerre continentale en Europe en juillet 1807, il a les mains libres pour envisager une expédition, voire une conquête pour faire de la Méditerranée un “lac français”. Le 18 avril 1808, il ordonne la reconnaissance des côtes d’Alger et l’amiral Denis Decrès, ministre de la Marine et des Colonies, désigne Boutin pour cette mission.

Celui-ci embarque le 9 mai 1808, à Toulon, et après une traversée mouvementée marquée par l’attaque d’un bâtiment anglais, il est accueilli par le consul de France à Alger. Sa collecte d’informations est difficile, l’accès d’une grande partie d’Alger et de ses environs étant interdit aux étrangers. A la grande exaspération du Dey, il n’hésite pas à dépasser de trois ou quatre lieues les limites assignées aux Européens et identifie Sidi-Ferruch comme le lieu idéal pour un débarquement. Les hommes de l’expédition de la conquête de 1830 s’en souviendront.

Il rembarque le 17 juillet, mais son navire étant attaqué par les Anglais, il jette tous ses papiers à la mer avant d’être fait prisonnier à Malte. S’étant évadé, il parvient à Constantinople d’où il regagne Paris. Ayant reconstitué de mémoire (!) le dossier perdu, il rédige un rapport qu’il remet à Decrès le 18 novembre 1808. Cependant, l’armée impériale ayant dû capituler en Espagne, le projet d’expédition en Algérie est ajourné. Il ne sera repris qu’en 1830.

Quant à Boutin, devenu colonel en 1810, il est envoyé en Égypte et en Syrie où il se fait passer pour un archéologue. Sa mission est marquée par l’amitié d’une femme, Lady Esther Stanhope, rencontrée au Caire en 1813. Lorsqu’en août 1815, il est assassiné dans des circonstances obscures dans le djebel Ansériès, elle fait punir impitoyablement les habitants des villages soupçonnés.

Pour en savoir plus :

François Charles-Roux. France et Afrique du Nord avant 1930. Les Précurseurs de la conquête. Paris, Félix Alcan, 1932.

  • Son chapitre XIV, p. 457-494, est consacré aux reconnaissances de Boutin à Alger et de Burel au Maroc.

Léo Berjaud, Boutin agent secret de Napoléon 1er et précurseur de l’Algérie Française, Paris, Frédéric Chambriand, 1950.

La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre

Le mot d’Yves Lacoste est particulièrement approprié pour ce Plan d’Alger et de ses environs, conçu dans la perspective d’une expédition napoléonienne et finalement imprimé au tout début de la Monarchie de Juillet.

Il fait partie d’un dossier de 17 feuillets de cartes et de dessins réalisés par Boutin. En 1827, après le « coup d’éventail » (ou l’affaire de l’éventail) infligé au consul Deval par Hussein Dey, il est exhumé des archives du ministère de l’Armée et un siècle plus tard, Gabriel Esquer l’éditera chez Honoré Champion sous le titre Reconnaissance des villes, forts et batteries d’Alger : cartes et dessins.

Dès 1830, à l’occasion de la conquête de l’Algérie, le Dépôt de la Guerre publie un Aperçu historique, statistique et topographique sur l’état d’Alger, à l’usage de l’armée expéditionnaire d’Afrique, avec plans, vues et costumes destiné au corps expéditionnaire, dont la partie topographique doit beaucoup à Boutin. A cet Aperçu est adjoint un Atlas qui contient 6 cartes dépliantes et 11 planches gravées dont le fameux Plan d’Alger et de ses environs.

Un document relativement rare

Il n’existe de cette carte qu’un seul exemplaire signalé dans les catalogues de bibliothèques françaises et celui-ci se trouve au département Cartes et Plans de la BnF.

D’autre part, “6 exemplaires dont 2 réductions” figurent dans l’inventaire des cartes d’Algérie conservées aux archives de la Guerre, plus précisément dans l’inventaire concernant la province d’Alger (n° 119).

Pour être complet, il ne faut pas oublier que ce plan fait partie de l’Atlas de l’Aperçu historique, statistique et topographique sur l’état d’Alger. Or une recherche dans le Catalogue collectif de France (CCfr) nous permet de savoir que ce document est localisé dans d’autres bibliothèques françaises. Il est vraisemblable que le Plan d’Alger et de ses environs s’y trouve aussi.

Ces bibliothèques sont :

Le Plan d’Alger et de ses environs et ses plagiaires

Une recherche dans Gallica permet de repérer au moins deux versions du Plan de Boutin, toutes deux publiées en 1830.

La première se limite au seul document topographique, et ressemble fort à l’exemplaire que nous avons dans nos collections. Cependant, ce dernier est une carte pliée, visiblement conçue pour aller sur le terrain, ce qui n’est pas le cas de celui reproduit ci-dessous. L’échelle est au 1:8000.

Cliquez ici pour voir l’image dans Gallica.

L’autre, intitulée Plan d’Alger et de ses environs d’après Boutin comporte en outre une notice sur Alger. Il est en fait plus pauvre dans ses annotations et ne comporte pas les profils et élévations joints au plan original dont il ne reprend qu’une portion. Il ne semble pas provenir des services de l’Armée, car aucune mention n’est faite du Dépôt de Guerre.

Cliquez ici pour voir l’image dans Gallica

Encore J.-M. Darmet a-t-il l’honnêteté de se référer à Boutin, comme il le fait pour un autre document intitulé Expédition d’Afrique : tableau de la composition de l’armée, présentant la nomenclature des officiers de l’état-major général des armées de terre et de mer, etc. dressé d’après des renseignements officiels où figure le “Plan d’Alger et de ses environs réduit de celui de Boutin et augmenté par Darmet”…

Cliquez ici pour voir l’image dans Archive.org

Sans s’embarrasser de tels scrupules, un dénommé V. Geslin publie, toujours en 1830, un Plan d’Alger et de ses environs, d’après les meilleurs documents… Lesquels ? Il est vrai que le plan de Boutin n’avait pas vocation à être diffusé hors du corps expéditionnaire. Comment satisfaire autrement la curiosité du public cultivé ?

Cliquez ici pour voir l’image dans Gallica

Le plan de Boutin sera repris en 1894 dans un article sur l’expédition de 1830 du tome 44 de la Revue de l’artillerie paru en 1894 avec pour titre Carte des environs d’Alger, d’après le croquis fait sur les lieux par la capitaine du génie Boutin, en 1808.

Cliquez ici pour voir l’image dans Gallica



Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 6 janvier). Plan d’Alger et de ses environs par le capitaine Boutin. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/trn6

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search