Au Sahara par Hugues Le Roux

Sur l’auteur et ses autres ouvrages

Publié en 1891 chez Marpon & Flammarion, Au Sahara est un ouvrage d’Hugues Le Roux (1860-1925), un écrivain et journaliste alors âgé de trente-et-un ans. Secrétaire particulier d’Alphonse Daudet dans les années 1880, il aurait écrit pour son patron Tartarin sur les Alpes.

Lire l’ouvrage dans
Gallica | Bibliotheca Alexandrina

A-t-il traversé la Méditerranée pour découvrir les terres où le fameux chasseur de Tarascon s’est illustré quelques années plus tôt ? L’Algérie va être la matière de plusieurs de ses livres. Après ce premier récit de voyage viennent les souvenirs d’un nouveau séjour en Algérie, Je deviens colon. mœurs algériennes (1895) et surtout les romans intitulés Le maître de l’heure (1897), qui évoque l’insurrection kabyle de 1871(1), et Gens de poudre : roman d’histoire et d’aventure (1899), qui se déroule de janvier à décembre 1854, chez les légionnaire du camp de Batna.

Par la suite, il publiera plusieurs romans et récits ayant pour cadre l’Afrique du Nord – Prisonniers marocains (1905), L’heureux et l’heureuse, ou L’amour arabe : roman (1906)(2). Membre du Conseil supérieur des colonies, il accomplit des missions officielles, d’abord, en Abyssinie, où Ménélik II a repoussé les Italiens quelques années plus tôt – Ménélik et nous (1901), Chasses et gens d’Abyssinie (1903), Chez la reine de Saba : chronique éthiopienne (1914) – et, à la fin de la Première Guerre mondiale, dans diverses pays de l’Afrique noire, en Somalie, au Maroc et en Syrie.

Ce n’est là qu’une partie de ses ouvrages. Il faudrait y ajouter, outre ceux déjà évoqués, des romans aujourd’hui bien oubliés. Aucun de ses livres n’a fait l’objet d’une réédition après sa mort survenue en 1925, alors qu’il est sénateur depuis cinq ans. Tout au plus pouvons-nous signaler une publication posthume parue en 1926 consacrée à une actrice du XVIIIe siècle, La Dugazon, dont il est l’arrière-petit-fils. Après cela, plus rien…

Un récit de voyage au goût du jour

Dédicacé au chroniqueur et feuilletoniste Francisque Sarcey (1827-1899), Au Sahara est le récit d’un voyage effectué à l’invitation d’un ami résidant en Algérie. Voici la lettre reproduite dans l’avant-propos, qui décrit par avance les différentes étapes qui feront autant de chapitres :

« Dans les premiers jours de juillet, je pars d’Aïn-Sefra, — cherchez la dernière station du chemin de fer stratégique qui protège notre frontière oranaise du côté du Maroc. — Je remonterai à cheval jusqu’à Géryville, en traversant tous les ksour, c’est-à-dire les villages berbères, égrenés dans des oasis, le long des hauts plateaux. A Géryville j’abandonnerai le cheval pour le méhari, le chameau coureur, et je descendrai vers le Sahara, de façon à rejoindre Metlili, Ghardaïa, Ouargla. Je rentrerai dans la province de Constantine par Touggourt, l’oued Rirh, Biskra, où l’on retrouve des chemins de fer, des hôtels, de la glace, enfin la vie civilisée. Voyez si le cœur vous en dit. »

L’ouvrage comporte 51 illustrations gravées pour la plupart d’après des photographies de l’auteur, réalisées avec un appareil Kodak confié par M. Nadar(3). Les autres clichés […] ont été gracieusement prêtés par MM. Foureau et Fau, directeur de la Compagnie de l’oued Rirh, ainsi que par MM. Gervais et Courtellemont, les éditeurs de la magnifique publication l’Algérie artistique où la photogravure a été employée pour la première fois avec des délicatesses qui font révolution dans l’illustration photographique. Le procédé Petit qui a servi à transposer les photographies a été breveté en 1878 par Charles-Guillaume Petit(4). C’est un des procédés de similigravure qui a révolutionné l’illustration des ouvrages et de la presse populaire à la fin du XIXe siècle(5).

L’origine de notre exemplaire

L’exemplaire d’Au Sahara conservé à la BU des Deux Lions vient de la bibliothèque d’Urbama, et plus précisément du fonds Barbey (voir ci-contre à gauche).

Une annotation manuscrite en haut de la page de dédicace à Francisque Sarcey (voir ci-contre à droite) suggère que son premier propriétaire serait un certain Jean Bouchet qui en aurait fait l’acquisition en 1894.

Notes

  1. Isabelle Guillaume. « Le roman est de l’histoire, qui aurait pu être » : l’insurrection algérienne de 1871 dans Marie Chassaing d’Adolphe Badin, Amour et gloire de Charles Baude de Maurceley et Le Maître de l’heure de Hugues Le Roux, dans L’insurrection kabyle de 1871 : représentations, transmissions, enjeux identitaires en Algérie et en France, numéro thématique d’Études françaises, vol. 57 n° 1, 2021, p. 51–68.
  1. Une première version parut sous le titre “Le pays de la peur” dans Je sais tout en février 1906.
  1. Il s’agit sans doute de Paul Nadar qui est depuis 1887 le représentant exclusif de Eastman Kodak en France. Cf. Chronologies sur le site de l’expo de la BnF Les Nadar, une légende photographique
  1. Thierry Gervais. « La similigravure »Nouvelles de l’estampe, n° 229, 2010, p. 8-25.
  1. Inaugurée en 1895, la deuxième série de la revue Le Tour du monde est un témoignage de ce passage de la lithographie à la photogravure.


Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 20 octobre). Au Sahara par Hugues Le Roux. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/troz

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search