Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly

Parmi les ouvrages hérités d’URBAMA conservé à la BU des Deux Lions se trouve une brochure intitulée Notes géographiques sur le Sud Tunisien, par Alexandre Joly. Il s’agit en fait d’un “extrait du Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord“. Intéressons-nous un peu à l’auteur, à la brochure et à la revue dans laquelle a été publié l’article initial.

L’auteur

Alexandre Joly (1870-1913), est un géographe arabisant alors titulaire de la chaire supérieure d’arabe de Constantine. Fils aîné du chimiste Alexandre Joly (1845-1897), il a fait ses études au lycée Henri-IV, puis choisit pour des raisons de santé une carrière algérienne. Opérateur dessinateur aux Ponts et Chaussées, il prépare les diplômes d’arabe et d’études historiques à l’école des Lettres d’Alger. Professeur de sciences à la médersa d’Alger en 1896, il participe en 1899-1900 à la mission de Georges-Barthélemy-Médéric Flamand dans l’extrême Sud oranais. Nommé à la médersa de Constantine, il effectue aussi des missions dans le Sud algérois et en Tunisie. En 1907, il est nommé à la chaire publique d’arabe de Constantine. C’est dans cette ville qu’il décède subitement le 27 février 1913.

Annexes sur Alexandre Joly et ses travaux

Les Notes géographiques sur le Sud Tunisien

Publié en 1909 (ou 1910 ?) à Alger par l’imprimerie S. Léon, la brochure, dont seulement 4 exemplaires sont localisés dans le SUDOC, reprend un article paru en trois parties dans le tome XIII de 1908, p. 281-301 et le tome XIV de 1909, p. 223-250 et 471-508 du Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord.

Quand Alexandre Joly explore le Sud Tunisien en 1906-1907, la Tunisie est un protectorat français depuis vingt-cinq ans. Il n’est donc pas en terre totalement inconnue, comme l’atteste sa conséquente liste d’ouvrages relatifs au Sud Tunisien. En 1905, à propos d’un voyage chez les Troglodytes de l’extrême-sud tunisien relaté dans ce même Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord, l’anthropologue Émile Macquart a déjà souligné qu’il s’agit là d’un pays connu, archiconnu.

Classiquement, Alexandre Joly s’intéresse d’abord à la géographie physique et à la géologie ainsi qu’aux eaux, au climat, à la faune et la flore avant d’aborder les populations, leur genre de vie, leur habitat, leurs activités ainsi qu’à l’état politique du pays et à sa mise en valeur. A la fin de l’article, dans ses notes et additions, il revient notamment sur plusieurs mots indigènes.

En fin du tiré-à-part figure une carte-dépliant au 1:800 000 intitulée Esquisse géologique du Sud-Est Tunisien (Jefara – Matmata – Djebel Labiod). Ce n’est pas la première ni la dernière carte à cette échelle concernant la géologie tunisienne.

Francis Aubert, ingénieur du corps des Mines, avait commencé des recherches géologiques en 1884 qu’il groupa avec les résultats obtenus par les membres de la mission dirigée en 1884-1885 par le botaniste Ernest Cosson. pour établir en 1892 la première carte géologique d’ensemble à l’échelle du 1:800.000 accompagnée d’une notice de 91 pages.

En 1911, reprenant les apports d’Alexandre Joly à propos l’existence de Trias fossilifère au Jebel Rehach, le météorologiste G. Ginestous rédige une Esquisse géologique de la Tunisie avec une carte géologique à 1/800.000 déduite de la carte d’Aubert.

Pour resituer le voyage d’Alexandre Joly, nous vous conseillons l’article suivant où nous avons puisé la substance des deux paragraphes précédents :

Le Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord

Le Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord a été créé en 1896 par la Société de Géographie d’Alger fondée en 1857. Il paraîtra jusqu’en 1945.

Une partie des fascicules parus de 1896 à 1933 sont accessibles en ligne dans Gallica, Y manquent les 12 dernères années. Quant aux 22 collections localisées dans le SUDOC, elles sont souvent très lacunaires.

Pour en savoir un peu plus sur la Société de Géographie d’Alger et les autres sociétés savante d’Afrique du Nord au temps des colonies, voir l’article suivant :

Annexes sur Alexandre Joly et ses travaux

Sources pour une biographie d’Alexandre Joly

Alain Messaoudi, Les arabisants et la France coloniale. Annexes, recueil d’annexes à l’appui de l’ouvrage d’Alain Messaoudi, Les arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers, médiateurs (1780-1930), Lyon, ENS Éditions, 2015. Disponible en version imprimée, il est aussi publié sous version électronique, en ligne.

Augustin Bernard. “Alexandre Joly”, Annales de géographie, n° 124, 1913, p. 372.

J. Garoby. “A. Joly”, Annales universitaires de l’Algérie, juin 1913, p. 123-124

“Alexandre Joly”, Revue Africaine, 1913, p. 5-6.

Charles Saint-Calbre. “A. Joly”, Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de Constantine, 47e vol. de la collection (5e série, 4e vol.), année 1913, p. 815-817.

Principaux articles

Annales de géographie

“Le plateau steppien d’Algérie”, mars et mai 1909.

“Le Titteri, sa stucture, son modelé”, novembre 1912.

Archives marocaines

“L’ouerd des Ouled Sidi Bounou”.

“Le siège de Fès, 1903-1904, par la tribu des Jebala”.

“Un calendrier agricole marocain”, mars 1905.

“Tétouan. Deuxième partie : Historique”, octobre 1905, en collaboration avec Michel Xicluna* et Louis Mercier .

“L’industrie à Tétouan”, novembre 1906.

Bulletin de la Société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord

“Une mission à In Salah”, 1900.

“La plaine des Beni Slimann et ses abords”, 1900. “Suite”, 1903.

“Étude sur le Titteri”, 1906. “2e partie”, 3e partie, 1907.

“À propos des analogies entre l’Espagne et l’Algérie”, 1907.

Bulletin de la Société de géographie d’Oran

“La ligne de partage des eaux marines et continentales dans l’Afrique mineure”, 1907.

Revue Africaine – Voir autre lien

“La poésie vulgaire chez les arabes nomades du Sud algérien ; Textes, traductions, notes”, 1900-1904.

” Sur un langage conventionnel des chanteurs arabes”, 1906.

“Étude sur les Chadouliyas”, 1906. “Suite”, 1907.

“La légende de Sidi Ali ben Malek, sa postérité”, 1908.

“Répartition et caractère des vestiges anciens dans l’Atlas Tellien (Ouest Oranais) et dans les Steppes oranaises et algézaires”, 1909.

“Chansons du répertoire algériens”, 1909.

“Ruines et vestiges anciens dans les provinces d’Alger et d’Oran”, 1910.

“Les confréries religieuses et les marabouts en Algérie”, 1909.

“Saints et légendes de l’Islam”, 1913

Autres travaux

Commune mixte de Boghari. L’annexe de Chellala. 1897.

“Dérivation des racines trilitères dans l’arabe vulgaire et l’arabe parlé”, communication au congrès des orientalistes, Alger, 1905.

Projet inachevé : Dictionnaire des dialectes d’arabe vulgaire du Nord africain

Collaborations à la Carte géologique de l’Algérie et à l’Atlas archéologique de l’Algérie



Citer ce billet
Jean Stouff (2023, 2 novembre). Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/trp1

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search