Hildebert Isnard (1904-1983) et ses ouvrages dans les collections des bibliothèques universitaires de l’université de Tours

Une vie en un paragraphe

Natif de Nice, Hildebert Isnard (1904-1983) a effectué ses études supérieures à Alger, de la licence d’histoire-géographie en 1933 au doctorat en 1947. C’est en Algérie qu’il à débuté d’abord comme instituteur (1925-1931), puis comme enseignants dans des collèges et lycées d’Alger (1931-1945). En 1945, le voici assistant à l’Institut de géographie d’Alger. Deux ans plus tard, il soutient à la Sorbonne une thèse de doctorat sur la vigne en Algérie. Devenu maître de conférence, puis professeur à l’université d’Aix-Marseille (1947-1970), il fonde en 1961, avec l’historien médiéviste Georges Duby, le Centre d’Études des Sociétés Méditerranéennes (CESM) avant de rejoindre l’université de Nice où il achève sa carrière (1970-1975).

En savoir plus sur Hildebert Isnard

  • Gérard Joly. Dictionnaire biographique de géographes français du XXe siècle, aujourd’hui disparus. Paris Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique 2013.

Ses publications dans nos collections

Au cours de sa carrière, il s’est d’abord spécialisé dans la vigne, le monde rural, l’Algérie et le Maghreb, avant de s’intéresser à Madagascar, Maurice et la Réunion, ainsi qu’à la décolonisation. Les ouvrages auxquels il a participé et les thèses qu’il a dirigées ainsi que les nombreux articles qu’il a publiés témoignent de ces centres d’intérêts divers.

Il en est de même dans nos collections. Nous nous sommes intéressé ici aux publications concernant l’Algérie, le Maghreb et la Méditerranée.

Voir aussi sa bibliographie par André de Réparaz, Méditerranée, n° 55, 1985, p. 9-11.

Aspects de l’agriculture et du monde rural algériens

Parue à Alger en 1935 par la Société d’éditions, imprimeries “La Typo-Litho” et Jules Carbonel réunis, la première publication dans l’ordre chronologique s’intitule La culture des primeurs sur le littoral algérois et ses conditions géographiques. Il s’agit d’une étude de D.E.S. qui marque l’entée du géographe dans le domaine de la géographie agricole, et plus largement du monde rural algérien.

La vigne en Algérie : étude géographique est la version imprimée de la thèse d’Hildebert Isnard, soutenue en 1947. Voici ce qu’en dit Jean Miège :

Accueilli par des comptes rendus élogieux, l’ouvrage d’Isnard est la première en date des grandes études françaises consacrées la vigne culture créatrice un type original de civilisation rurale la fin des années cinquante en effet les belles pages de Gaston Galtier dédiées au Languedoc et aux vignobles de masse 1958 et la lumineuse histoire de la vigne en France de Roger Dion 1959 apportent en une trilogie remar quable les éléments une étude comparative qui dépasse les cadres traditionnels mais étroits de la géographie régionale.

Si la BU des Deux Lions conserve un exemplaire du tome premier, paru en 1951, nous ne pouvons que regretter le second, publié de 1954 soit absent de nos collections…

Il écrira plusieurs articles sur la vigne et le vin tant en Algérie qu’en Méditerranée. Certains sont disponibles dans Persée :

Nos collections conservent ainsi le tiré-à-part d’un article paru en 1956 dans le tome C n°s 4446-449 de la Revue africaine(1) : La viticulture algérienne : erreur économique ?

Si la publication précédente a été publié alors que l’auteur est professeur depuis six ans à l’université d’Aix-en-Provence, La réorganisation de la propriété rurale dans la Mitidja a été publié pendant la courte période où il était maître de conférences dans cette même université, soit de 1947 à 1949. Il s’agit du texte remanié de sa thèse complémentaire dont le titre plus explicite : La liquidation de la propriété rurale du Sahel d’Alger et de la Mitidja au lendemain de la pacification. Il s’y intéresse à un autre aspect de l’histoire du monde rural algérien : celui de la réorganisation de la propriété dans la région de la Mitidja, par les ordonnance royale du 21 juillet 1846 et la commission des transactions et partages entre 1851 et 1867, donc à la fin de la Monarchie de Juillet et sous le second Empire.

Ainsi le géographe se transforme-t-il en historien. ll l’avait déjà fait au début de sa carrière, quand il avait signé pour les Mélanges de géographie et d’orientalisme offerts à E.-F. Gautier (1937) une contribution intitulée “Le cantonnement des indigènes dans le Sahel d’Alger (1852-1864)”

Une présentation générale de l’Algérie

Fort de sa connaissance du pays, Hildebert Isnard publie chez Arthaud en 1954 un ouvrage consacré à l’Algérie. Destiné au public cultivé et curieux, il est illustré de 156 héliogravures…

Où nous retrouvons son intérêt pour la vigne et le vin…

… et accompagné d’une carte hors-texte.

Paru au sein de la collection Les beaux pays, il remplace un ouvrage du même titre écrit par le journaliste Pierre Dumas (1891-1968) qui a eu deux éditions en 1931 et 1937(2).

Sur le Maghreb et la Méditerranée

Le Maghreb, qui connaîtra quatre éditions de 1966 et 1984, et Pays et paysages, paru en 1973, sont les deux derniers ouvrages concernant notre aire géographique. Publiés dans les collections Magellan et Le Géographe, ils sont postérieurs à la période coloniale dont Hildebert Isnard a été le témoin. C’est une nouvelle réalité politique, économique et sociale qui se met alors en place.

_________________________________________

      1. Ce bulletin de la Société historique algérienne a été publié de 1856 à 1962 et de nombreuses mais souvent forts incomplètes collections de ce titre sont signalées dans le SUDOC. Les fascicules parus entre 1856 et 1929 sont accessibles sur la Cité Numérique de la Méditerranée et sur Gallica, mais rien après cette date….
      1. Le même auteur avait également publié à la même époque et dans la même collection deux ouvrages sur le Maroc et sur la Tunisie.


      Citer ce billet
      Jean Stouff (2023, 20 décembre). Hildebert Isnard (1904-1983) et ses ouvrages dans les collections des bibliothèques universitaires de l’université de Tours. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vfaj

      Publié par

      Jean Stouff

      Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Rechercher dans OpenEdition Search

      Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search