Souvenirs d’un voyage au Liban par Édouard-Auguste Spoll

Homme et femme maronites. — Dessin de Bida, d’après nature.
Grossir l’image dans Gallica

Publié dans Le Tour du monde du premier semestre 1861, “Souvenirs d’un voyage au Liban” a pour auteur Édouard-Auguste Spoll (1833-1914). S’il sera l’auteur de nombreux romans, traductions et essais et le rédacteur de plusieurs journaux, cet homme de lettres est encore au début de sa carrière. En 1859, à vingt-six ans, comme bien d’autres avant lui, il effectue un voyage en Orient dont il ramène cet article sur le Liban et un autre relatant une “visite à la grotte d’Antiparos” sur l’île de Paros.

Outre la tradition du voyage en Orient, des évènement récents l’ont incité à se rendre au Liban, qui n’est alors qu’une partie de la Grande Syrie au sein de l’Empire ottoman. Depuis 1858, des affrontements opposent les Druzes et les Maronites, faisant des milliers de victimes. L’auteur nous présente ces deux populations, leur origine, leur mode de vie. Même si nous sentons que sa sympathie va plutôt aux chrétiens maronites, il donne une idée de la situation politique et sociale au pays du Cèdre à la veille de l’expédition française de 1860.

Les cèdres du Liban. – Dessin de Riou d’après M. Jules Coignet.
Grossir l’image dans Gallica

Destinée officiellement à apporter une aide aux troupes du sultan pour rétablir l’ordre dans la région, cette dernière, débutée en août 1860, ne s’achève qu’en juin 1861 et aboutit en 1861 à la création du moutassarifat du Mont-Liban, subdivision autonome vis-à-vis de l’Empire ottoman. Si le voyage de Spoll date de deux ans auparavant, son article, publié au début de l’année 1861, contribue à faire connaître une région alors au cœur de l’actualité et participe à son niveau à la campagne d’opinion en faveur des Maronites. Cependant, l’auteur ne semble guère optimiste quant à l’avenir, ainsi que l’atteste sa conclusion :

Combien d’années de paix et de travail ne faudra-t-il point pour réparer tant de maux ! Mais surtout que ne peut-on pas redouter, pour l’avenir, des méfiances et des ressentiments qui vont se transmettre de génération en génération ! Si furieuses que soient les tempêtes de la nature, quelques mois suffisent le plus ordinairement pour en faire oublier les désastres; les abimes que creuse le fanatisme religieux ne se comblent qu’avec les siècles..

Vue de Beyrouth. — Dessin de Grandsire d’après M. A. Spoll.
Grossir l’image dans Gallica

Les illustrations sont des dessins faits d’après l’auteur par Pierre-Eugène-Grandsire (1825-1905) ou Dieudonné Lancelot (1823-1895), deux collaborateurs réguliers du Tour du monde. Deux exceptions cependant. En début d’article, celle présentant un couple de Maronites est un dessin d’après nature du peintre orientaliste Alexandre Bida (1813-1895). Quant à celle des cèdres du Liban, c’est un dessin d’Édouard Riou (1833-1900) d’après le peintre Jules Coignet (1798-1860).

Canoubin, demeure du patriarche maronites. Dessiin de Lancelot d’ap’ès M. E. A. Spoll.
Grossir l’image dans Gallica


Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 16 janvier). Souvenirs d’un voyage au Liban par Édouard-Auguste Spoll. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vlwd

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search