La Syrie aujourd’hui par Louis Lortet

Entre le premier semestre 1880 et le deuxième semestre 1882, Louis Lortet (1835-1909), doyen de la faculté de Médecine de Lyon, a publie en vingt-quatre épisodes dans Le Tour du monde le récit de voyages effectués entre 1875 et 1880 dans le Levant. Intitulé “La Syrie d’aujourd’hui”, il s’agit de la prépublication de La Syrie d’aujourd’hui, voyages dans la Phénicie, le Liban et la Judée, 1875-1880 qui paraîtra en 1884 chez Hachette. Il contribue aussi à l’organisation définitive de la faculté de médecine de Beyrouth.

Le titre ne doit pas tromper le lecteur d’aujourd’hui. La Syrie dont il s’agit ici n’est la Syrie actuelle, héritée du mandat français issu du dépècement de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale, mais bien la Grande Syrie ou Syrie-Palestine, qui rassemblait ces territoires divisés et antagonistes que sont de nos jours la Palestine, Israël, le Liban, la Jordanie et la République syrienne. Quand paraît le récit de Lortet, seul le Liban a gagné une relative autonomie depuis l’expédition française de 1860 (cf. l’article Souvenirs d’un voyage au Liban par Édouard-Auguste Spoll). La Palestine n’a pas encore d’identité administrative propre et reste surtout pour les Occidentaux la Terre sainte (cf. l’article La Palestine : guide historique & pratique).

Ce ne sont pas des considérations religieuses qui amènent Louis Lortet en Orient. Il ne s’agit pas non plus d’un voyage d’agrément. Né au sein né d’une famille de fameux naturalistes lyonnais et passionné lui-même de sciences naturelles, il a été chargé d’une mission scientifique par le ministère de l’Instruction publique. Il s’intéresse ainsi à divers aspects des territoires traversés, ce qui qui donne lieu à la publication de mémoires sur des sujets aussi divers que la lèpre tuberculeuse en Syrie, les dragages profonds exécutés dans le lac de Tibériade ou les poissons et Reptiles du lac de Tibériade et de quelques autres parties de la Syrie.

Amydrus Tristrami (merles de Mar-Saba). Dessin de R. Valette, d’après un croquis de l’auteur. Cette gravure, qui est une des rares réalisées “d’après un croquis de l’auteur”, témoigne de l’inrêt de l’auteur pour les sciences naturelles. Le Tour du monde, 1882, 1er semestre, p. 153

Le récit du voyage publié dans Le Tour du monde comporte quant à lui de nombreuses observations sur les populations, mais aussi sur l’économie, la botanique, la zoologie, la géologie ou de l’histoire, comme dans cette description des environs de Saint-Jean-d’Acre :

La plaine de Saint-Jean-d’Acre est fertile et bien cultivée de toutes parts s’étendent d’immenses champs de blé, de tabac et de coton. Il y a aussi depuis quelques années des vignobles, qui sont entretenus avec soin. Le sol est tantôt argileux, tantôt formé par un terrain noirâtre semblable à celui du Delta du Nil. Le long du sentier, de belles orchidées à fleurs purpurines (Serapias cordigerera) et de gracieuses tulipes à fleurs rouges (Tulipa undulatifolia) émaillent les gazons. Au milieu de la plaine, à
notre droite, sur un monticule, se dresse le petit hameau de Es-Zib, l’ancien Achzib de la tribu d’Asser, où le grand prêtre Hirean eut les oreilles coupées. Il y a là de l’eau en abondance et de très ])eaux jardins plantés d’oliviers, de noyers, de figuiers et de
palmiers. Au milieu des arbres volent des nuées de corbeaux gris avec les ailes d’un noir foncé (Corvus cornix). Plus loin, la plaine redevient, près du rivage, inculte et sablonneuse.

Lire la suite Le Tour du monde. 1881, 1er semestre, p. 42

De nombreuses gravures sont du baron Isidore Justin Taylor (1789-1879). Sociologue, économiste, auteur de mélodrames, dessinateur et graveur, ce dernier a publié dans les années 1830 et 1950 deux ouvrages sur la Syrie et la Palestine.

Safed. Dessin de Taylor, d’après une photographie.
Le Tour du monde, 1882, 2e semestre, p. 337

Sont également mis à contribution le collaborateur régulier du Tour du monde Dieudonné Lancelot (1823-1895),

Couvent du mont Carmel. Dessin de D. Lancelot, d’après une photographie.
Le Tour du monde, 1881, 1er semestre, p. 51

… le peintre Étienne Antoine Eugène Ronjat (1822-1912),

Nazaret – Atelier de charpentier
Dessin de E. Ronjat, d’après une photographie.
Le Tour du monde. 1881, 1er semestre, p. 56

et d’autres illustrateur réputés, tels Ivan Pranishnikoff (1841-1909),

Un vieux Métouali de Tyr. Berger de chèvres. Dessin de Pranishnikoff, d’après une photographie. Le Tour du monde. 1881, 1er semestre, p. 16

Hercule Catenacci (1816-1884),

Ancien mur de Jérusamem (côté est). Dessin de H. Catenacci, d’après une photographie.
Le Tour du monde, 1881, 2e semestre, p. 83

… ou Achille Sirouy (1834-1904).

La mention “d’après une photographie” accompagne souvent les gravures. Cette invention des années 1820 est devenue en quelques décennies l’auxiliaire indispensable des voyageurs et des artistes. Mais bientôt les procédés de similigravure vont révolutionné si profondément l’illustration des ouvrages et de la presse populaire, qu’elles rendront inutile l’étape intermédiaire du dessin.

Pour aller plus loin

Emmanuelle Perrin. “Mission scientifique, récit de voyage et projet colonial : ”La Syrie d’aujourd’hui” de Louis Lortet (1875-1884)” in Emmanuelle Perrin. L’Orient des Lyonnais, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2010, p.62-76.

Lire en ligne le “Voyages en Syrie” de Lortet

Les 24 épisodes dans Le Tour du monde

1880, 1er semestre, p. 145-192 (3 épisodes) sur DAR – Bibliotheca Alexandrina

1881, 1er semestre, p. 1-80 (4 épisodes) sur Gallica

1881, 2e semestre, p. 81-176 (6 épisodes) sur Gallica

1882, 1er semestre, p. 145-224 (5 épisodes) sur Gallica

1882, 2e semestre, p. 337 -416 (6 épisodes) sur Gallica

Ne pas oublier que le texte des articles a été repris dans La Syrie d’aujourd’hui, voyages dans la Phénicie, le Liban et la Judée, 1875-1880 publié en 1884 chez Hachette qui est disponible sur Google Livres.



Citer ce billet
Jean Stouff (2024, 17 janvier). La Syrie aujourd’hui par Louis Lortet. Ressources sur le Maghreb et le Monde arabe. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vm7b

Publié par

Jean Stouff

Bibliothécaire à la BU des Deux Lions (Tours). Ancien étudiant d'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search