Late Ottoman Turkey in Princeton’s Forgotten Maps, 1883-1923, une exposition virtuelle à découvrir

Créée par le centre de cartes et d’informations géospatiales de la bibliothèque de l’université de Princeton en collaboration avec Richard Talbert, professeur-chercheur en histoire à l’université de Caroline du Nord, l’exposition virtuelle “Late Ottoman Turkey in Princeton’s Forgotten Maps, 1883-1923” entre en résonance avec les thématiques développées dans notre carnet, la Turquie ottomane ayant dominé pendant longtemps le Monde Arabe, et notamment l’actuel Proche-Orient…

Cela apparait notamment dans la première partie, consacrée aux cartes de Heinrich Kiepert (1818-1899), avec notamment les documents suivants :

Continuer la lecture de Late Ottoman Turkey in Princeton’s Forgotten Maps, 1883-1923, une exposition virtuelle à découvrir

Lettre ouverte par les chefs coutumiers, les notables et les commerçants de la Boucle du Niger (Tombouctou, Gao et Goundam), à sa majesté Monsieur le Président de la République Française, 30 juin 1958.

En marge de la création de l’Organisation commune des régions sahariennes évoquée dans d’autres chroniques, nous voudrions signaler une lettre ouverte par les chefs coutumiers, les notables et les commerçants de la Boucle du Niger (Tombouctou, Gao et Goundam), à sa majesté Monsieur le Président de la République Française datée du 30 juin 1958. Plus qu’un fort attachement à la France, celle-ci traduit la forte réticence des élites touarègues et maures à tomber sous la tutelle d’un pouvoir issu de l’Afrique noire ou de l’Afrique du Nord dans le contexte des indépendances qui se profilent(1). Les notables ne recevrons aucune réponse du Président De Gaulle.

Le texte est cité partiellement par Pierre Boilley dans son article sur l’OCRS(2) et reproduit intégralement dans l’ouvrage collectif Le politique dans l’histoire touarègue(3) et sur les sites Solidarité Nord-Sud et Biblioweb.

________________________________________

  1. Jean Bisson se fait aussi l’écho de ce même état d’esprit lorsqu’il écrit que les Touaregs rencontrés durant [son] séjour [au Niger en 1961] ne [lui] cachaient pas “qu’ils ne reconnaîtraient jamais une indépendance qui les avait fait dépendre d’un État dirigé par des Noirs”. Cf. Un géographe au Sahara, p. 327.
  1. Pierre Boilley. “L’Organisation commune des régions sahariennes (OCRS) : une tentative avortée”, in Nomages et commandants : administration et sociétés nomades dans l’ancienne A.O.F., Karthala, 1993, p. 215-239. L’ouvrage est disponible à la BU des Deux Lions.
  1. Hélène Claudot-Hawad (dir.). Le politique dans l’histoire touarègue. Aix-en-Provence : IRENAM, 1993, p. 133-151.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search