Un géographe au Sahara : Arneb civil au Grand Désert par Jean Bisson

Biographie d’une extrême richesse, mêlant les résultats scientifiques et les anecdotes, dont une partie est rapportée dans des notes en fin d’ouvrage, qu’il faut absolument lire car elles offrent un autre regard sur le travail et la vie de l’auteur, le livre de Jean Bisson peut être considéré comme un ouvrage inhabituel. En effet s’interpénètrent ici des récits personnels et des démonstrations de géographe, comportant de nombreux aspects techniques, qui pourront parfois rebuter le lecteur non spécialiste, mais qui sont indispensables à sa démonstration. Fort heureusement, un glossaire et des sortes d’encadrés – on pourrait dire plutôt des a parte – viendront utilement, tout au long du texte, éclairer la lecture et initier au Sahara ceux qui le découvrent à travers cette œuvre.

Le texte ci-dessus est extrait du compte-rendu que François Troin a consacré dans Les Cahiers d’EMAM n° 30 de 2018 à Un géographe au Sahara : Arneb civil au Grand Désert(1) de Jean Bisson, compte rendu que nous vous recommandons et auquel nous ajouterons simplement les éléments suivants :

  • Paru en 2014, cet ouvrage est un numéro hors-série la revue trimestrielle Le Saharien, éditée de 1964 à 2020 par La Rahla – Amicale des Sahariens. Ce périodique a changé de titre en 2021 pour devenir Sahara et Sahel.

_________________________

  1. Le sous-titre fait allusion au lapin domestique (arneb civil) différencié du lièvre (arneb en arabe), une façon de présenter avec modestie l’irruption d’un néophyte – Jean Bisson – dans le désert saharien. (Note reprise dans le compte-rendu de François Troin.

Oran et les témoins de son passé par Eugène Cruck

Un homme de lettres oranais

Portrait d’Eugène Cruck par Augustin Ferrando
extrait d’Oran et les témoins de son passé, 1959.

Né en 1882 à Oran, Eugène Cruck est employé de commerce lors de son recensement militaire (classe 1902). Incorporé à la 20e section de commis et ouvriers marocains en 1903, il y devient caporal, puis sergent en 1908. Il commence alors à publier à Oran et à Paris des poèmes et des chansons. Mobilisé, il passe la première partie de la Grande Guerre en Algérie avant de rejoindre le front 1917. Après sa démobilisation en mars 1919, il revient à Oran, où il se consacre à des reportages en Afrique du Nord et à l’histoire de sa ville natale. Oran et les témoins de son passé est son dernier ouvrage.

Continuer la lecture de Oran et les témoins de son passé par Eugène Cruck

Autour de René Caillié

Parus en 1996 aux éditions La Découverte, les deux volumes du Voyage à Tombouctou disponible à la BU des Deux Lions reprennent l’édition de 1979 chez François Maspero dont la BU des Tanneurs conserve un exemplaire. Plusieurs éditions numérisées de cet ouvrage publié initialement en 1830 sont accessibles en ligne.

L’auteur, René Caillié (1799-1838), est bien connu pour avoir été le premier Européen à avoir pénétré dans Tombouctou… et en être revenu vivant. S’il connu une brève renommée lors de la publication se son journal de voyage, il eut aussi bien des détracteurs et finit par mourir dans l’oubli.

Continuer la lecture de Autour de René Caillié

Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly

Parmi les ouvrages hérités d’URBAMA conservé à la BU des Deux Lions se trouve une brochure intitulée Notes géographiques sur le Sud Tunisien, par Alexandre Joly. Il s’agit en fait d’un “extrait du Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord“. Intéressons-nous un peu à l’auteur, à la brochure et à la revue dans laquelle a été publié l’article initial.

L’auteur

Alexandre Joly (1870-1913), est un géographe arabisant alors titulaire de la chaire supérieure d’arabe de Constantine. Fils aîné du chimiste Alexandre Joly (1845-1897), il a fait ses études au lycée Henri-IV, puis choisit pour des raisons de santé une carrière algérienne. Opérateur dessinateur aux Ponts et Chaussées, il prépare les diplômes d’arabe et d’études historiques à l’école des Lettres d’Alger. Professeur de sciences à la médersa d’Alger en 1896, il participe en 1899-1900 à la mission de Georges-Barthélemy-Médéric Flamand dans l’extrême Sud oranais. Nommé à la médersa de Constantine, il effectue aussi des missions dans le Sud algérois et en Tunisie. En 1907, il est nommé à la chaire publique d’arabe de Constantine. C’est dans cette ville qu’il décède subitement le 27 février 1913.

Continuer la lecture de Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search